[Critique] Journal intime d'un écho lointain

Publié le par Pénéloppe Eddo

frbl0.jpg
Retour sur le nouveau roman de Nathalie Rheims Journal Intime,  dont je vous disais hier après-midi qu'il était dédicacé "Pour Mylène". 
Petit livre de 157 pages publié aux éditions Léo Scheer, il était quasi naturel pour un attentif à la carrière de Mylène (et donc pour la Chouette) de s'intéresser un tant soit peu à ce livre signé de la meilleure amie médiatique. Donc ce midi, coincé entre les radis et le jus d'orange j'ai ramené dans mon antre le livre afin d'en juger sur pièce l'intérêt et de vous livrer ma petite critique personnelle.
Que dire après lecture ? Si Nathalie Rheims n'était pas faite de mon point de vue pour la rédaction d'un livre fantastique (le cercle de Meggiddo) visiblement, la confession amoureuse (vraie ou fausse) est un style qui lui sied mieux et même bien. Des phrases courtes, précises et, par ce style d'écriture, une image qui se forme immédiatement à la lecture du propos. Ce qui fait que j'ai plutôt bien accroché au texte. Je ne m'avançerais pas plus loin dans ma critique car j'estime qu'une lecture est personnelle et que l'on est, au fond, libre d'aimer ou pas tel ou tel livre. Pas question de vous influencer et de vous recommander ou non l'achat ( il fait 15 euros cela dit ^^ ).

Mais ... (Tu le sais, ami lecteur, avec moi il y a toujours un "mais ...") pourquoi nous en parler alors ?. Derrière la plume de Nathalie Rheims plane l'ombre de Mylène. On pense à elle presque irrémédiablement.
Je m'explique ... nous trouvons des mots qui font "tilt" dans les yeux et l'esprit de l'admirateur Farmer de base, et ce, irrémédiablement... Quelques exemples :  page 40, la plus évidente, celle qui se passe de commentaire, Nathalie Rheims parle de "Dessiner des anamorphoses" (no comment hein ?!). Suivent également une référence explicite à L'ombre des autres, son précédent roman devant être porté à l'écran avec Mylène dans le rôle-phare.
Et de-ci de-là, nous relevons, greffés à ces évidences relevant directement du style et de l'univers Farmer, quelques mots dont Mylène est coutumière ( "mausolée" l'autre" "stèle" par exemple) ou faisant référence à l'univers de Mylène ("où es-tu ?" "Ferrière"). Si Mylène a l'art du recyclage dans ses chansons ( le sport favori des fans à chaque nouvelle chanson est de trouver le livre qui se cache derrière) au point de faire se cotoyer le pont Mirabeau et les quartiers de chaud de Los Angeles dans une parfaite harmonie, force est de constater que Nathalie Rheims recycle un certain univers de Mylène sans pour autant qu'il y ai plagiat (autrement dit pas de phrases intégralement reprises), ou du moins elle (dé)montre leur univers commun. 
Là,  chez Nathalie Rheims, nous avons des mots, une atmosphère, des silences, un déroulement de la pensée écrite qui font penser à Mylène... 
d'où peut être la dédicace ?!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sylvie 06/09/2007 15:03

J'ai lu de Nathalie Rheims "le rêve de Balthus" que j'avais bien aimé, j'ai pu rencontrer l'auteur à la foire du livre de Brive, elle est très sympathique.Quant à "journal intime" merci pour votre avis, je le lirais certainement avant la fin de l'année....@mylènement

Pénéloppe Eddo 06/09/2007 20:48

bonsoir Sylvie ^^Je confirme Nathalie Rheims a le sens du contact avec le public ( pour l'avoir rencontré brièvement à la foire du livre de Paris ( à défaut de Brive pas loin de mon "vrai" chez moi ;) Ca on peut pas lui retirer de mon point de vue. Ensuite j'avoue que son style d'écriture ne rentre pas dans mes préférences, mais là il faut avouer qu'au fond le livre mérite qu'on s'y attarde. Au plaisir d'avoir ton avis à l'occasion ;)