News

Publié le par Pénéloppe Eddo

 ah aaaaaaah !

- JT D'HIER SOIR

Comme d'habitude le très professionnel Spirit a encodé le passage TV et le propose. Merci à lui ;-)

http://www.moreupload.com/?id=1585_197362

Sinon l'interview est également visible sur le site de TF1 qui en fait ses choux gras sur sa page d'accueil.

- CLASSEMENTS (salut les p'tits clous !)

Pour la semaine du 2 au 9 décembre 2006 :

Le duo Moby & Mylène Farmer Slipping Away (Crier La Vie) perd une place et se classe 10ème pour sa 11ème semaine de classement.
Le single Avant que l'ombre...live passe de la 10ème à la 25ème place.

Peut être toi quitte le classement.

Le CD et le DVD Avant que l'ombre...à Bercy entrent directement dans le Top en 1ère place respectivement du top albums et du top vidéos musicales.

A noter également que l'album live est entré directement n° 1 des téléchargements légaux (580 au total)

(source : http://www.disqueenfrance.com/classements/classement_albums_telechargement.asp )

(source : http://www.disquenfrance.com/ )

 

Les chiffres de vente annoncées :

le CD est toujours à la 1ère place. 14 034 exemplaires vendus sont annoncés.

le DVD est lui aussi à la 1ère place avec pratiquement dès la première semaine un DVD de diamant puisque vendu à 98 641 exemplaires.

le single Avant que l'ombre live est à la 25ème place avec 4 203 exemplaires vendus !

le CD Slipping away (en duo avec MOBY) : après 11 semaines de présence dans le top 10 il s' installe à la 10ème place avec 8249 exemplaires vendus !

(pas de source officielle fiable)

petit rappel sur le principe de la délivrance des certifications : Le SNEP décerne les certifications à la demande expresse de chaque société phonographique, après qu'un cabinet d'expertise comptable ait lui-même certifié, après vérification des comptes auprès de la société, que le seuil des ventes requis était atteint

les seuils sont les suivants depuis le mois de juillet 2006 :

  • albums
    • argent : 35 000 exemplaires vendus
    • or : 75 000 exemplaires vendus
    • platine : 200 000 exemplaires vendus
    • diamant : 750 000 exemplaires vendus

(source : http://www.disquenfrance.com/

- JACQUOU LE CROQUANT

De nouvelles critiques sont lisibles dont celle très enthousiaste du site commeaucine, qui propose en plus des interviewes des acteurs des techniciens et surtout de Laurent Boutonnat.

petit choix : la critique signée Laeticia Heurteau :

Tous à la suite de Gaspard le Craquant !

Avec Jacquou le Croquant, célébrons le retour du cinéma de grande envergure avec une adaptation captivante de notre patrimoine culturel, une interprétation charismatique de ses interprètes principaux (Gaspard Ulliel et Jocelyn Quivrin en tête) et une vraie recherche dans les décors et costumes.

La très bonne idée de cette adaptation cinématographique est de se consacrer uniquement à la vie de Jacquou dans ses premières années (enfance, adolescence et début de l’âge adulte), alors que le livre dépeignait la vie entière du héros. Ainsi le film resserre l’action dramatique autour de son héros et donne une part importante à l’évocation de son enfance (mention spéciale au jeune comédien Léo Legrand qui tient le rôle de Jacquou avec une grande justesse pendant la première moitié du film) afin de comprendre ce qui va motiver le Jacquou adulte, partagé entre son désir de vengeance et de justice.

On a évoqué le gros travail de reconstitution dans les costumes et les décors, il ne faut pas oublier celui du maquillage qui permet à Jocelyn Quivrin d’interpréter avec une grande crédibilité un Nansac aussi coriace à 30 ans qu’à 45 ans !

Réalisé avec une véritable passion pour son sujet, Jacquou le Croquant offre des scènes d’anthologie particulièrement saisissantes comme celle du bal où le concours de danse du village se transforme en véritable duel de matadors, entre Jacquou et Nansac.

Il y a également de belles surprises côté seconds rôles, puisque si l’on reconnaît avec plaisir le jeu des comédiens Tchéky Karyo et Oliver Gourmet, on découvre de nouvelles comédiennes aux côtés du héros qui apportent une dose de plus de romantisme enfiévré.

Les nobles sentiments sont ainsi à l’honneur et Laurent Boutonnat réussit à merveille l’exercice, ô combien périlleux, de l’adaptation cinématographique d’un classique de la littérature française. A présent, courons tous à la suite de Gaspard le Craquant !

Laetitia Heurteau

L'interview de laurent Boutonnat :

D’où vous est venue l’idée d’adapter Jacquou Le Croquant ?

Il se trouve qu’un jour, il y a quatre ou cinq ans, j’ai revu le feuilleton par hasard. Je n’en gardais qu’un vague souvenir, j’étais tout petit à l’époque. En le revoyant, j’ai été frappé par la force de l’histoire et je me suis dit qu’il y avait là matière à un beau film. Du coup, cela m’a ramené au roman d’Eugène Le Roy. Je l’ai acheté et je l’ai lu. C’est un roman très noir mais très fort...

Qu’est-ce qui, dans ce roman, vous donnait envie d’en faire un film ?

C’est un livre qui a une structure assez classique mais dont les éléments me touchent beaucoup, comme je pense qu’ils peuvent toucher tout le monde. Une enfance malheureuse marquée par la perte d’êtres chers, la solitude heureusement brisée par de belles rencontres, la promesse de vengeance, puis, à l’âge adulte, l’amour et l’amitié, la juste revanche contre l’injustice, l’accomplissement d’un destin romanesque... et aussi les champs, la campagne, la nature.

Dans quel esprit, avez-vous travaillé à l’adaptation ?

Notre premier travail, avec Franck Moisnard, a été d’éliminer, de réduire... Car si on avait adapté le livre tel quel, le film aurait fait plus de huit heures ! Adapter, ça veut dire choisir, changer, transformer, et parfois simplifier. On n’a gardé que ce qui nous paraissait le plus excitant, et le plus cinématographique. On a fondu plusieurs scènes ensemble, on en a inventé d’autres, on a cristallisé plusieurs personnages dans un seul... Alors que dans le livre, Eugène Le Roy raconte la vie de Jacquou jusqu’à 90 ans, on a tout de suite été d’accord pour se consacrer à l’enfance et à la jeunesse de Jacquou. Et pour traiter de manière à peu près équivalente ces deux parties du film. La première partie - l’enfance - touche à des émotions extrêmement fortes liées à la perte de sa mère et de son père, à la solitude, au désespoir. Dans la deuxième partie, l’émotion devient action. Elle est alors de nature différente, d’autant qu’entrent en jeu les relations amoureuses... Mais les deux parties sont indissociables. Chacune éclaire l’autre. Et lorsqu’arrive Jacquou adulte, il bénéficie de tout ce qu’on a vu avant, et son affrontement avec le comte de Nansac va prendre tout son poids...

Et alors, qu’avez-vous fait ?

Je suis allé le voir chez Pathé avec un premier traitement de Jacquou le Croquant... et le projet a été lancé. C’est un film d’époque, il y a des reconstitutions, des décors, des costumes, des figurants, tout cela coûte cher... Très vite, on s’est demandé où le tourner. J’ai d’abord sillonné la Dordogne, le Périgord noir, où se déroule l’action du livre. Et puis, nous sommes allés repérer aussi à l’étranger... Et c’est en Roumanie, dans les Carpates, que j’ai trouvé des décors extraordinaires. On y a tourné une partie du film. Puis on est revenu tourner en Dordogne, sur les lieux mêmes de l’action. On y a trouvé beaucoup de gens encore très marqués par l’importance du mythe de Jacquou le Croquant, véritable héros local, et très enthousiastes à l’idée de le faire revivre au cinéma.

Comment avez-vous commencé le casting ?

C’était un an avant le début du tournage. À l’époque, j’avais déjà mon idée de Jacquou adulte... mais la première étape a été de trouver Jacquou enfant. La directrice de casting, Françoise Ménidrey en a rencontrés entre 300 et 400, qu’elle a filmés. Très vite Léo a retenu mon attention. Il était timide et se cachait derrière ses cheveux longs, mais quand il était face caméra, il se passait un truc magique. Il avait beau être mal à l’aise, je sentais quelque chose de vraiment intéressant, une blessure dans le regard et une vraie photogénie... Et en plus, il avait cette correspondance physique crédible avec l’idée que je me faisais de Jacquou adulte... Gaspard.

Qu’est-ce qui vous faisait penser que Gaspard Ulliel ferait un bon Jacquou adulte ?

C’est quelqu’un qui crève l’écran ! Il y a quelque chose qui me séduisait beaucoup chez lui. On s’est rencontrés, je lui ai donné le scénario. Il a hésité, il m’a dit oui, il m’a dit non, il m’a redit oui, il m’a redit non... Il venait de faire Un Long dimanche de fiançailles, il craignait d’enchaîner deux «gros» films, deux films en costumes, deux films «spectaculaires» et populaires. En plus, il lui fallait se battre, il n’était pas très chaud. Et puis, de conversations en rencontres, il a finalement accepté ! Gaspard dégage quelque chose de magique. Jacquou, c’est quelqu’un qui se bat, qui se venge, mais qui, en même temps, est un peu dépassé par ce qu’il lui arrive. Ce n’est pas un super-héros. Gaspard a rendu Jacquou extrêmement touchant et ça ne tient pas qu’à l’histoire qu’on raconte mais à la bonté que Gaspard lui-même dégage, à la lumière de son regard... En plus, sur un plateau, c’est un bonheur !

Pour le reste : un conseil allez voir la très riche notice du film ici :

http://www.commeaucinema.com/film=45006.html

- SUR LE NET ON CAUSE DE MYLENE

Dans des notices pas forcément très intéressantes ni très développées mais on ne va pas faire la fine bouche. Les recenser montre une forme de popularité ;-)

Aujourd'hui le site starminute a ajouté ceci :

http://www.starminute.com/news/526_Mylene-Farmer-a-une-actualite-chargee/

Plus concret, chartinfrance relaie les infos déjà connues :

http://www.chartsinfrance.net/actualite/news64199-22.html

En prime MSN signale également la sortie d'Arthur et les Minimoys

- MONDE DES FANS : DU RIFIFI CHEZ ACEBOARD ?

Depuis Dimanche le forum MFIFC est indisponible. La raison officielle invoquée est le déménagement d'aceboard et la remise en ligne des forums de la toile suivant un ordre précis. mais il est assez étrange de constater que tous les forums ont été remis en lign e à l'exception de celui-ci ... la panne de vient louche et en l'absence d'explications de la part du gestionnaire (sur son site) on ne peut que faire des suppositions. Pour le moment, et en attendant un hypothétique retour à la normale, le grand gagnant de la toile est visiblement le forum de l'Ice dans l'eau qui a fait exploser ton taux de membres connectés hier soir.

News clôturées à 23h

Publié dans lachouetteblanche

Commenter cet article