Clip c'est dans l'air : référence ?

Publié le par Pénéloppe Eddo

Petit retour sur le clip de C'est dans l'air avec les squelettes qui dansent ...
Merci à Eiger pour la référence suivante, qui est plus que pertinente à mon sens  ^^ :

Deux jeunes filles, ou la belle Rosine (1847) par Antoine Wiertz (1806-1865)


Portrait : Mylène Farmer - C’est dans l’Air
par Eymeric, le 06.05.09 (http://www.discordance.fr/)

Mylène Farmer nous annonçait une rupture esthétique pour son dernier album Point de Suture. C’est chose faite avec le clip de C’est dans l’Air, qui prolonge The Farmer Project d’une nouvelle expérience visuelle tout en reprenant les thèmes chers à l’artiste.

“Vanité, c’est laid” prononce la rousse provocatrice avec ironie alors qu’elle confond sa danse à celle des squelettes. On pense immédiatement à ces “vanités”, tableaux représentant des crânes surmontés d’une bougie, renvoyant notre beauté à la figure de la mort, que nous revêtirons tous.
Le parallèle est plus poussé si nous pensons à La belle Rosine d’Antoine Wiertz, tableau représentant deux jeunes filles : l’une en chair, l’autre en os, se scrutant avec un regard mêlant l’interrogation et le sourire. L’érotisme de l’une se mêle à la mort de l’autre, dans une même position. Dans le clip de C’est dans l’Air, Mylène Farmer revêt à la fois l’image de la beauté et celle de la mort, confondant son visage par des fondus enchaînés à celui d’un squelette. L’apothéose est atteinte à la fin du clip, lorsque sa chevelure légère et bouffante se confond aux volutes d’un champignon nucléaire. Mylène Farmer, beauté atomique ?

Il nous faut ici reprendre le fil de la chanson, qui se mêle à celui du clip et qui pose l’Homme face à la fatalité de la mort. Tout comme le célèbre “Vanité des vanités, tout est vanité” de la Bible. C’est dans l’Air pose la vie terrestre comme vide et inutile.
Mais là où la maxime présente les plaisirs terrestres comme dérisoires et donne une alternative à la vacuité en la vie céleste, C’est dans l’Air pose le contraire : puisque la vie est vide et “qu’ici loin sont les cieux”, c’est un champ libre donné au plaisir et à la création. Le clip exalte donc la beauté et les plaisirs face à la mort, tout en sachant que l’un et l’autre se télescoperont tôt ou tard, et que tout ce que l’Homme a bâti de sa vie sera soufflé par l’air de la mort. Qu’importe ! “Et moi je chante / Moi je m’invente / Une vie”, déclame l’artiste. Cette perspective de la mort est prise avec ironie et le clip réalise une danse macabre du XXIe siècle. Squelettes animés à l’appui, la vidéo reprend ce thème médiéval en y distillant son côté ironique, fatal et rythmé - l’image de la mort devenant une musique qui se scande et se danse, emportant ironiquement ses victimes.
Si au Moyen-Âge ces œuvres picturales étaient guidées par la peur de la peste noire, on peut dire, peut-être naïvement, que le clip de C’est dans l’air est entrainé par la peur du nucléaire.

À la fois effrayantes et subjugantes, les images de C’est dans l’air cultivent une esthétique initiée par l’Art Romantique, qui confond les frontières du beau et du laid. Mylène Farmer incarnant avec provocation à la fois la beauté et la mort, le clip mêle donc des images très morbides (quoi de plus morbide et effrayant que la vie soufflée par une explosion nucléaire ?) à une mise en scène soignée, qui épouse le rythme de la chanson en scindant les images avec une esthétique très graphique.
Il faut ici revenir à la carrière passée de l’artiste, qui a souvent choquée en exprimant la “beauté qui se trouve dans la violence et l’horreur” comme elle le confie à Amélie Nothomb lors de leur rencontre en 1995 pour le magazine Vogue. L’esthétique générale se veut donc tout à la fois cassante et visuellement envoûtante.

Où se trouve donc la rupture, puisque Mylène Farmer revient à son imaginaire morbide ? Elle réside dans la forme : si auparavant ses clips transfiguraient le morbide dans un univers coupé du nôtre (historiquement ou visuellement), il est montré aujourd’hui dans un monde qui en revêt les attributs. Ceci en reprenant des thématiques et des éléments d’actualité : le nucléaire, les ambiances underground.
On a affaire à des clips qui abordent plus frontalement la réalité bien qu’ils gardent un côté intemporel : les images contemporaines servent le sens et non l’inverse.

---------------------------
A cela je rajoute une chose : les animations du clip et le thème du nucléaire restent cohérents de la part d'Alain Escalle (oublié dans cet article) puisque "le monde flottant" présenté en première partie des concerts de 2006 traitait d'Hiroshima et des conséquences du nucléaire déjà ....;)

Publié dans lachouetteblanche

Commenter cet article

Chrysantheme 07/05/2009 23:27

(Atlante songeait peut-être à cela ?) Mode Red Cardinal ON : "Ecclésiaste 1 1.1 Paroles de l'Ecclésiaste, fils de David, roi de Jérusalem. 1.2 Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité. 1.3 Quel avantage revient-il à l'homme de toute la peine qu'il se donne sous le soleil? 1.4 Une génération s'en va, une autre vient, et la terre subsiste toujours. 1.5 Le soleil se lève, le soleil se couche; il soupire après le lieu d'où il se lève de nouveau. 1.6 Le vent se dirige vers le midi, tourne vers le nord; puis il tourne encore, et reprend les mêmes circuits. 1.7 Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n'est point remplie; ils continuent à aller vers le lieu où ils se dirigent. 1.8 Toutes choses sont en travail au delà de ce qu'on peut dire; l'oeil ne se rassasie pas de voir, et l'oreille ne se lasse pas d'entendre. 1.9 Ce qui a été, c'est ce qui sera, et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, il n'y a rien de nouveau sous le soleil. 1.10 S'il est une chose dont on dise: Vois ceci, c'est nouveau! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés. 1.11 On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard. 1.12 Moi, l'Ecclésiaste, j'ai été roi d'Israël à Jérusalem. 1.13 J'ai appliqué mon coeur à rechercher et à sonder par la sagesse tout ce qui se fait sous les cieux: c'est là une occupation pénible, à laquelle Dieu soumet les fils de l'homme. 1.14 J'ai vu tout ce qui se fait sous le soleil; et voici, tout est vanité et poursuite du vent. 1.15 Ce qui est courbé ne peut se redresser, et ce qui manque ne peut être compté. 1.16 J'ai dit en mon coeur: Voici, j'ai grandi et surpassé en sagesse tous ceux qui ont dominé avant moi sur Jérusalem, et mon coeur a vu beaucoup de sagesse et de science. 1.17 J'ai appliqué mon coeur à connaître la sagesse, et à connaître la sottise et la folie; j'ai compris que cela aussi c'est la poursuite du vent. 1.18 Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de chagrin, et celui qui augmente sa science augmente sa douleur."Mode Red Cardinal OFFMerci pour ce beau tableau. J'aurais préféré ce style à celui des pochettes, mais elle a préféré utiliser un style proche de Damien Hirst, plus contemporain.Pour les vanités, j'aime aussi le tableau "Les Ambassadeurs", qui présente un crâne en anamorphose ! http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9d/Holbein-ambassadors.jpg

Atlante 07/05/2009 16:06

Il y a aussi cette phrase dont je n'arrive pas à retrouver l'auteur : "Un soleil se couche, un soleil se lève, et ce qui fleurit aujourd'hui va périr demain. Tout n'est que vanité.". Et aussi, cette redite d'un vieux poète allemand du XVIIe ou XVIIIe siècle, Gryphius : "Alles ist eitel".

dellob 07/05/2009 15:42

Pour "comprendre" cette chanson (et d'autres), et confirmer cette analyse, (re)lire Sade (Les infortunes de la vertu), Nietzsche (Le gai savoir, Par delà le bien et le mal,...) Michel Onfray (La puissance d'exister, Théorie du corps amoureux), entre autres. Bonnes lectures.

Ptitgénie 07/05/2009 11:19

Bof pour la référence je trouve ^^A part la présence d'un squelette...Si encore Mylène avait été à demi-nue dans la clip ! Et si elle avait été face aux squelettes... Mais sinon là je ne retrouve pas d'éléments du clip dans ce tableau et vice versa '_'

Pénéloppe Eddo 07/05/2009 20:18


mmmmh mais cela ne t'évoque rien d'autre ? ( j'allais pas spoiler non plus ^^)


peopleleaves 07/05/2009 08:16

Hello ! Très bien l'analyse ! Par contre, je suis désolé, mais je ne vois pas du tout le "lien" entre le clip "C'est dans l'air" et ce tableau ! ^^ Bon, une femme et un squelette ... Ben c'est pas le 1er tableau qui nous montre ça ... Là, je trouve que c'est très très tiré par les cheveux ... Non ?